Nouvel article

La difficulté de se loger, les cités « ghettos » et l’immigration sont sujets d’actualité. Dans les années 1920, les noirs qui arrivaient à New York ont trouvé une façon très originale de répondre à cette situation.

Ils organisaient des « House Rent Parties »

« FEET Harlem, fric & Jazz », nous plonge dans l’univers festif d’une House rent party. Le principe est simple. Faire venir des Jazzmen pour animer une soirée. Malgré la prohibition et grâce aux musiciens, on consomme beaucoup d’alcool, on danse sur un jazz swing, très « swing ». En fin de soirée passe le chapeau. Le fric récolté permet de payer les musiciens et surtout, le loyer.

Émergence des grands noms du Jazz : Willie « The Lion » Smith, Duke Ellington, Fats Waller.... Naissance d’un nouvel Harlem.

Sur scène :

La comédienne tel un griot posera le décor, Harlem, ses immeubles défraîchis, et vous ouvrira la porte d’un appartement, théâtre d’une rent party avec son cortège d’histoires.

Le musicien (guitare/basse/harmonica), héritier direct des « House Rent Parties » reprendra quelques standards de l’époque, mais surtout, par ses compositions inspirées de souvenirs de famille, contribuera à solliciter notre imaginaire.

Le pianiste « The Tickler » figure incontournable des rent parties .

La danseuse muse des jazzmen, ensorcelle les messieurs et son compagnon le danseur.

La mise en scène fait revivre cette soirée musicale et dansante avec des personnages « hauts en couleur ». Il n’y a plus de couleur de peau, les noirs et les blancs sont comme les notes de musique et les chaussures bicolores... complémentaires.


Retour à la page FEET Harlem Fric & Jazz


© Copyrights Teya'g 2017 - Tous droits réservés